Le gaspillage alimentaire : Nous devons arrêter de gaspiller 30% de nos aliments

11 minutes de lecture

Mis à jour le: 14 Déc 2020

30% de la nourriture dans le monde est gâchée ou jetée . Cela revient à 614 kcal par personne par jour ! C’est-à-dire à peu près 10 œufs de taille moyenne ou 21 grosses carottes chaque jour !

Image of Les pertes alimentaires et le gaspillage alimentaire dans le monde

Les pertes alimentaires et le gaspillage alimentaire dans le monde

Ces pertes ont lieu à toutes les étapes de la chaîne de production alimentaire, de la ferme jusqu’à nos assiettes. Toutefois, les causes de ces pertes diffèrent d’une étape à l’autre . Aussi est-il utile d’examiner chacune de ces étapes séparément en distinguant les pertes et le gaspillage.

Quelle est la différence entre les pertes alimentaires et le gaspillage alimentaire ?

Les pertes alimentaires ont lieu à la ferme, dans les entrepôts et pendant le transport. Ceci inclut donc la nourriture qui est abîmée lors de sa transformation, de son conditionnement et de son transport .

Le gaspillage alimentaire quant à lui intervient au niveau de la vente et de la consommation . La nourriture est gaspillée quand elle est jetée car elle a atteint sa date de péremption ou parce que les consommateurs ne la trouvent pas « belle ». Le gaspillage alimentaire résulte également d’une mauvaise conservation à la maison, et de commandes et d’achats en quantités déraisonnables .

Image of Les pertes alimentaires et le gaspillage

Les pertes alimentaires et le gaspillage

Pourquoi les pertes alimentaires et le gaspillage sont-ils mauvais ?

Lorsque la nourriture est perdue ou gaspillée, toutes les ressources nécessaires à sa production sont également gaspillées ! Dans le monde, les pertes alimentaires et le gaspillage ont d’importantes conséquences :

  • 1,4 milliard d’hectares de terre sont gaspillées pour produire de la nourriture qui ne sera pas mangée – ce qui représente une superficie plus grande que le Canada et l’Inde réunis !
  • Environ 250 km³ d’eau sont gaspillées par an – presque trois fois le volume du lac Léman !

Les pertes alimentaires et le gaspillage consomment aussi beaucoup d’énergie . Cette énergie gaspillée se traduit par d’importantes émissions de gaz à effet de serre. En plus, la nourriture en décomposition contribue directement à ces émissions en relâchant du méthane .

Au total, entre 2010 et 2016, les pertes alimentaires et le gaspillage représentaient 8 à 10% des émissions mondiales de gaz à effet de serre liées à l’activité humaine . Rien qu’aux États-Unis, la production de nourriture qui est perdue ou gaspillée rejette la même quantité de gaz à effet de serre que 37 millions de voitures !

Ce n’est pas seulement un problème environnemental. Tout ce gâchis a un coût économique aussi, chiffré à 940 milliards de dollars par an ! Cela s’explique par des pertes économiques tout le long de la chaîne de production, et augmente le coût de la nourriture pour les consommateurs .

Image of Le coût des pertes alimentaires et du gaspillage

Le coût des pertes alimentaires et du gaspillage

Quelles sont les causes des pertes alimentaires et du gaspillage dans différents pays ?

Plus les gens sont riches, plus ils gaspillent de la nourriture . Dans les pays riches, plus de 40% des pertes alimentaires et du gaspillage interviennent au niveau de la vente et de la consommation . Cela s’explique en grande partie par le comportement du consommateur et l’abondance de l’offre par rapport à la demande .

Dans les pays en voie de développement, les pertes alimentaires ont surtout lieu en amont de la chaîne de production , alors qu’une quantité bien moindre est gaspillée au niveau du consommateur . Si les habitants en Europe et en Amérique du Nord gaspillent environ 95 à 115 kg de nourriture par personne par an, la population d’Afrique sub-saharienne et d’Asie du Sud et du Sud-Est en gaspille seulement 6 à 11 kg par personne par an .

Image of Les sources des pertes alimentaires et du gaspillage dans différentes régions

Les sources des pertes alimentaires et du gaspillage dans différentes régions

Les pertes alimentaires dans les pays en voie de développement sont en grande partie dues à de mauvaises techniques de récolte, des installations de stockage et de refroidissement insuffisantes et un manque d’infrastructure pour le transport de nourriture et sa vente .

Comment réduire les pertes alimentaires et le gaspillage ?

Si transformer et emballer les aliments nécessite de l’énergie, les émissions qui résultent des pertes alimentaires et du gaspillage sont bien plus conséquentes. Prenons l’exemple du bœuf : le conditionnement, le transport et la vente réunis représentent seulement 1 à 9% des émissions totales, tandis que les pertes alimentaires et le gaspillage en représentent 12 à 15% .

Image of La répartition des émissions liées au bœuf

La répartition des émissions liées au bœuf

Dans les pays en voie de développement, les investissements dans de meilleures techniques de récolte, installations de stockage et infrastructures seront nécessaires pour réduire les pertes, ainsi que des améliorations dans les installations de transformation et de conditionnement .

Le stockage est l’une des causes les plus importantes de pertes alimentaires dans ces pays , donc améliorer les capacités de stockage permettrait de réduire énormément les pertes. Par exemple, si l’accès à la réfrigération était le même que dans les pays riches, 25% des pertes alimentaires et du gaspillage pourraient être évités !

Pour résoudre ce problème de conservation de la nourriture, nous aurons besoin de solutions à faible coût et ne nécessitant pas un réseau électrique. Un exemple d’une telle technologie est le Wakati, une tente hermétique qui demande seulement de l’énergie solaire et de l’eau pour créer un environnement de stockage hermétique qui retarde la date de péremption et empêche la nourriture de se déshydrater et de moisir .

En fait, les technologies à bas coût et à faibles émissions limitant les pertes alimentaires et le gaspillage sont aussi utiles dans les pays riches. Par exemple, un enrobage comestible qui empêche la nourriture de perdre de l’eau et des produits qui absorbent les gaz émis par les fruits et les légumes qui mûrissent gardent la nourriture fraîche plus longtemps .

Des solutions plus high-tech sont aussi envisagées. L’emballage intelligent est en cours de développement et permet de surveiller la nourriture et de donner des informations en temps réel sur le temps restant avant qu’elle ne soit plus comestible . Certains emballages connectés empêchent même le développement de microbes dégradant la nourriture !

Mais l’innovation seule n’est pas suffisante. Le public doit être plus conscient de la façon dont ses actions augmentent le gaspillage alimentaire, et ce qu’il peut faire pour les limiter.

En plus d’encourager des pratiques créant moins de déchets, chacun doit être mieux informé sur la conservation et la sécurité des aliments au-delà des dates de péremption (qui diffèrent d’un pays à l’autre) .

Mais ce ne sont pas seulement les consommateurs qui gâchent la nourriture. Les supermarchés sont particulièrement exigeants quant à l’aspect de la nourriture, et des aliments imparfaits sont souvent jetés, même s’ils sont tout à fait comestibles . Accepter des aliments « imparfaits » tant au niveau de la vente que de la consommation sera essentiel si nous voulons réduire les déchets alimentaires superflus.

Image of Mangeons les aliments imparfaits !

Mangeons les aliments imparfaits !

Les restaurants, les commerces et les traiteurs peuvent aussi diminuer le gaspillage alimentaire en vendant des portions de nourriture raisonnables et en donnant les restes à ceux qui n’ont pas les moyens de les acheter .

Qu’en est-il de la nourriture que nous ne pouvons pas manger ? Les restes peuvent directement nourrir les animaux , ou nourrir des insectes (comme les larves des mouches soldat noir) qui à leur tour peuvent être utilisés pour nourrir les animaux . Mais nous pouvons aussi les utiliser nous-mêmes. Par exemple, les déchets alimentaires peuvent être transformés en emballage biodégradable et en bioplastiques . En plus de réduire nos déchets, cela réduit la quantité d’emballages plastiques non-dégradables qui sont jetés .

Conclusion

Les pertes alimentaires et le gaspillage interviennent à tous les stades de la chaîne de production, et représentent un énorme gâchis de ressources et des émissions de gaz à effet de serre superflues. Diminuer la quantité de nourriture perdue ou gaspillée est bénéfique tant pour l’environnement que l’économie mondiale, en améliorant la sécurité alimentaire et en rendant la nourriture plus accessible aux plus pauvres, tout en économisant des milliards de dollars .

Des solutions différentes en fonction des pays seront nécessaires, car les causes du gaspillage alimentaire varient énormément d’une région à l’autre. À mesure que le monde s’enrichit, le gaspillage alimentaire au niveau du consommateur est susceptible de devenir de plus en plus problématique. Ainsi, il est vital d’informer chacun des conséquences du gaspillage alimentaire, et de ce qui peut être fait pour changer les choses.

Et même dans ce cas, une partie des pertes alimentaires et du gaspillage est inévitable, en particulier les pertes qui ont lieu en amont de la chaîne de production. Et si nous pouvions raccourcir la chaîne de production ?

Dans le prochain chapitre, nous verrons comment atteindre cet objectif, en rapprochant la production alimentaire aux consommateurs.

Chapitre suivant