L'alimentation et le climat : L'impact de l'alimentation sur l'environnement

8 minutes de lecture

Mis à jour le: 14 Dec 2020

Quel est le problème de l’agriculture ?

Les humains mangent beaucoup de nourriture. Pour tout cultiver, nous nous appuyons sur un processus appelé l’agriculture, ou la culture des terres . Vu son ampleur, il n’est pas surprenant que l’agriculture soit un contributeur majeur au changement climatique.

L’agriculture est à l’origine de 82% de ces émissions (les tranches orange, verte et jaune du graphique circulaire ci-dessous) .

Image of Les émissions de gaz à effet de serre de la chaîne de production alimentaire

Les émissions de gaz à effet de serre de la chaîne de production alimentaire

D’où proviennent donc ces émissions ?

L’utilisation de l’énergie

Gérer une ferme nécessite de l’énergie. La majeure partie de cette énergie provient de la combustion des carburants fossiles, qui libèrent du CO₂ dans l’atmosphère .

Les engrais et les pesticides

Beaucoup de produits chimiques utilisés dans l’agriculture nécessitent également une quantité considérable d’énergie dans leur production .

Les agriculteurs comptent souvent sur les engrais artificiels : des produits chimiques qui contiennent des nutriments spécifiques pour aider les plantes à pousser davantage, plus rapidement et de manière plus vigoureuse .

Image of L’azote est utilisé pour fabriquer des protéines

L’azote est utilisé pour fabriquer des protéines

Bien que les engrais soient extrêmement utiles, leur production à elle seule est responsable de 1,2% des émissions mondiales de gaz à effet de serre.

Et ce n’est pas tout, car la plupart des cultures ne peuvent utiliser qu’environ 50% de l’engrais qui leur est appliqué . Le reste de l’engrais est souvent décomposé par des microbes du sol en protoxyde d’azote (N₂O) : un gaz à effet de serre avec un effet de réchauffement 300 fois supérieur au CO₂ .

Si l’engrais est emporté dans les rivières et les lacs, les nutriments qu’il contient nourrissent des algues et du plancton qui réduisent la quantité de lumière et d’ oxygène dans l’eau . Cela étouffe les poissons et autres espèces aquatiques .

Image of Le cycle de l’azote dans une ferme

Le cycle de l’azote dans une ferme

Les pesticides sont un autre produit chimique utilisé par les agriculteurs. Ceux-ci protègent les cultures contre les maladies, les mauvaises herbes et les organismes nuisibles . Sans stratégies de protection des cultures comme les pesticides, les pertes de récoltes pourraient atteindre 80% !

Cependant, comme les engrais, ces produits chimiques nécessitent de l’énergie pour leur production . Ils sont également toxiques pour de nombreuses autres espèces d’animaux sauvages , y compris les pollinisateurs qui aident les plantes cultivées à se reproduire , ainsi que les microbes qui gardent les sols fertiles et en bonne santé .

Les émissions autres que le CO₂

L’agriculture est le plus grand émetteur de protoxyde d’azote (N₂O) et de méthane (CH₄), qui sont des gaz à effet de serre, et représentent respectivement 80% et 45% des émissions de ces gaz liées à l’activité humaine .

Nous avons déjà discuté de la manière dont le N₂O peut être émis par les engrais artificiels. Mais hormis le CO₂, d’où proviennent les émissions ? Jetons un coup d’œil sur le graphique ci-dessous :

Image of Les émissions autres que le CO₂ dans l’agriculture

Les émissions autres que le CO₂ dans l’agriculture

La déforestation et la dégradation des sols

Près d’un quart des émissions issues de la production alimentaire sont libérées lorsque les terres sont défrichées pour l’agriculture .

L’agriculture utilise 50% de la surface habitable de la Terre et est responsable de 80% de la déforestation mondiale .

Image of L’utilisation des surfaces habitables

L’utilisation des surfaces habitables

Les cultures qui remplacent les arbres stockent moins de carbone et ne sont pas aussi efficaces pour maintenir le sol en place . Cela rend les sols instables et entraîne leur dégradation, provoquant des glissements de terrain et des tempêtes de poussière .

Image of La dégradation des sols

La dégradation des sols

L’utilisation de l’eau

Alors que l’eau représente 71% de la surface de la Terre , l’eau douce, que nous utilisons pour boire, nous laver et arroser les cultures, ne constitue que 3% du total . Environ les deux tiers de l’eau douce sont pris dans la glace, ce qui signifie que les humains ne peuvent accéder directement qu’à seulement 1% de l’eau dans le monde .

L’agriculture utilise plus d’eau douce que toute autre industrie, représentant plus de 70% de l’utilisation mondiale d’eau douce .

Examinons cela plus en détail :

Image of L’empreinte eau de certains produits

L’empreinte eau de certains produits

Le changement climatique ne fera qu’aggraver ces problèmes , et d’ici 2025, les pénuries d’eau concerneront plus des deux tiers de la population mondiale .

D’ici 2050, la population mondiale devrait atteindre 9,7 milliards et la production alimentaire devra augmenter de 50 à 100% pour nourrir notre population croissante . Mais comment y parvenir alors que l’agriculture exerce déjà une telle pression sur nos ressources et notre planète ?

Qu’est-ce que l’agriculture durable ?

Récapitulons rapidement. Aujourd’hui, l’agriculture :

  • Rejette environ 21% des émissions mondiales de gaz à effet de serre
  • Utilise beaucoup d’énergie
  • Endommage les écosystèmes environnants
  • Occupe 50% de la surface habitable de la Terre
  • Dégrade les sols, ce qui libère du CO₂ et rend la croissance des plantes plus difficile
  • Représente 70% de la consommation mondiale d’eau

Si l’agriculture devenait plus durable, la nourriture pourrait être produite sur la même terre indéfiniment, sans épuiser ses ressources . L’agriculture durable est également moins vulnérable aux changements environnementaux, ce qui sera essentiel si nous voulons continuer à nous nourrir face au changement climatique .

Dans les chapitres qui suivent, nous examinerons ce que peuvent faire les agriculteurs et les consommateurs pour rendre la production alimentaire plus durable.

Chapitre suivant