Extinction : Le changement climatique provoque-t-il une extinction de masse ?

19 minute read

Mis à jour le Wed Jun 09 2021

Tous les êtres vivants, des animaux aux plantes, des champignons aux bactéries, sont regroupés en espèces.

Mais de nombreuses espèces luttent pour leur survie. En raison de la fonte de la banquise, presque tous les ours polaires vont disparaître d'ici 2100. Et ce ne sont pas seulement les ours polaires : le climat qui change rapidement est une menace pour de nombreuses espèces.

En fait, les scientifiques pensent maintenant que la planète est confrontée à une extinction massive, en partie à cause du changement climatique. Mais qu'est-ce que cela signifie exactement et pourquoi cela se produit-il ?

Les scientifiques ne savent pas avec certitude combien d'espèces il existe sur Terre. Il pourrait y en avoir entre 2 millions et près de 1000 milliards ! Une étude a estimé qu'il y avait environ 8,7 millions d'espèces sur Terre aujourd'hui.

Parmi toutes les espèces qui ont un jour existé sur Terre, environ quel pourcentage d'entre elles sont, selon toi, encore en vie aujour'dhui ?


Les 99% restants ? Disparus. Mais que veut-on dire exactement par « disparus » ?

Généralement, une espèce disparaît lorsqu'il ne reste plus d'individus vivants de cette espèce. La « durée de vie » d'une espèce varie, mais les scientifiques estiment que les espèces existent pendant 1 à 10 millions d'années.

Une extinction de masse se produit lorsque plus de 75% de toutes les espèces de la planète disparaissent dans une courte période de temps géologique - généralement moins de 2 millions d'années. Si l'on examine les fossiles, on constate qu'il y a eu cinq extinctions massives au cours des 540 derniers millions d'années environ.

Les scientifiques attribuent généralement ces événements d'extinction de masse à l'interaction de plusieurs menaces, comprenant souvent des climats inhabituels et des catastrophes naturelles telles que d'énormes éruptions volcaniques et des impacts d'astéroïdes.

L'extinction de masse la plus récente remonte à 66 millions d'années, qui, on le sait, a marqué la fin de l'ère des dinosaures.

Historique des extinctions

Extinctions récentes

Quelle est la vitesse d'extinction actuelle estimée par rapport aux taux d'extinction connus (calculés à partir de fossiles) ?


S'il est naturel que les espèces disparaissent, le taux d'extinction augmente en raison des activités humaines et du changement climatique causé par les êtres humains.

Depuis le 16ème siècle, au moins 680 espèces de vertébrés ont été conduites à l'extinction. Ces chiffres peuvent sembler faibles, mais les humains ont en fait multiplié les taux d'extinction par 1 000 par rapport aux « taux naturels » (le taux attendu si les humains n'étaient pas là). En effet, les taux de disparition actuels sont comparables aux taux des précédentes extinctions de masse !

Taux d'extinction du passé, du présent et du futur

Pour cette raison, de nombreux scientifiques pensent qu'une sixième extinction de masse est en cours. Ils croient que nous sommes entrés dans une nouvelle ère géologique appelée « Anthropocène », en raison de l’influence croissante de l'homme sur la Terre.

Comparaison de la magnitude des extinctions modernes et passées chez différents groupes d'animaux

Actuellement, la température moyenne mondiale augmente plus rapidement que jamais dans le passé. Si nous n'agissons pas maintenant, nous pourrions atteindre, dès 2100, des températures jamais vues depuis plus de 5 millions d'années.

La température moyenne mondiale augmente plus rapidement que jamais dans le passé

Malheureusement, les scientifiques prédisent que de nombreuses espèces actuellement sur Terre seront incapables de suivre ce rythme de changement par l'adaptation.

On pense qu'environ 1 million d'espèces végétales et animales seraient menacées d'extinction, en partie parce que le réchauffement de la planète se produit si rapidement.

La bataille pour la survie est rendue plus difficile par d'autres menaces d'origine humaine : notamment la pollution, la chasse, et la déforestation, qui détruit l'habitat de nombreuses espèces.

Le changement climatique peut aggraver les impacts de ces autres menaces. Une expérience a montré que le déclin des populations était 50 fois plus rapide lorsque celles-ci étaient confrontées simultanément à plusieurs menaces que lorsqu'elles faisaient face à chaque menace individuellement !

Extinctions actuelles

Bien qu'il soit difficile de distinguer la contribution spécifique du changement climatique aux extinctions modernes, il est clair que la taille de nombreuses populations dans le monde diminue.

Entre 1970 et 2014, la taille de plus de 16 000 populations de vertébrés de 4 000 espèces différentes a diminué de 60% en moyenne.

Indice Planète Vivante

Sans des efforts de conservation, l'une ou l'autre de ces espèces pourrait « disparaître localement », c'est à dire que l'espèce a disparu d'une région particulière, mais existe encore ailleurs dans le monde.

Il y a déjà beaucoup de preuves d'extinctions locales en raison du changement climatique. Au fur et à mesure que les extinctions locales se développent, les espèces se rapprochent de plus en plus de l’extinction mondiale.

Extinctions du futur

Les modèles utilisés pour prédire le risque d'extinction de différentes espèces sont limités par la puissance informatique et doivent donc faire de nombreuses hypothèses (voir notre cours sur les prédictions climatiques pour plus d'infos). De plus, pour garder les modèles simples, les effets des interactions entre les différentes espèces ne sont souvent pas pris en compte.

Malgré ces limitations, ainsi que les variations entre les différentes régions et les différentes espèces, les prévisions sont souvent sombres.

Une étude estime que 5% des espèces seraient menacées d'extinction si le monde se réchauffe de 2 °C, et 16% seraient en danger si la température s'élève à 4,3 °C. Ce n'est pas une perspective réjouissante !

Mais comment le changement climatique provoque-t-il réellement le déclin et l'extinction des populations ?

Impacts négatifs directs du changement climatique

La fréquence et la gravité accrues des phénomènes météorologiques extrêmes ne sont que quelques-unes des façons dont le changement climatique peut tuer directement les animaux sauvages.

Par exemple, les canicules en Australie font mourir les koalas de déshydratation suite au dessèchement des feuilles qu'ils mangent, tandis que 23 000 roussettes sont mortes de l'excès de chaleur en 2018.

La hausse des températures au-dessus du niveau de tolérance d'une espèce est souvent le premier impact qui nous vient à l'esprit, mais d'autres changements physiques peuvent également augmenter les menaces pesant sur les animaux sauvages.

La montée du niveau de la mer réduit l'habitat disponible, en particulier dans les zones côtières et les îles dont les rivages sont au niveau de la mer. Cela signifie que les animaux risquent d'avoir moins accès à la nourriture et aux espaces de vie, ce qui réduit leurs chances de survie. Pour de nombreuses formes de faune côtière, telles que les oiseaux de mer, cela se traduit également par une diminution du nombre de sites de reproduction disponibles.

Le Melomys rubicola est l'une des espèces récemment poussée à l'extinction par les impacts directs du changement climatique. La petite île de Bramble Cay sur laquelle vivait ce rongeur australien a été soumise à la montée du niveau de la mer et à des inondations plus graves pendant les tempêtes. Cela a entraîné une détérioration spectaculaire de l'habitat et a fini par anéantir l'espèce.

Extinction du Melomys rubicola de Bramble Cay

Les inondations d'eau de mer rendent également la terre et l'eau plus salées. Ceci est problématique pour les plantes qui ne sont pas adaptées aux environnements salins, car cela extraie l'eau de leurs cellules, et cause donc leur déshydratation.

Impact indirects par le biais d'interactions biologiques

Le changement climatique peut également réduire indirectement la taille des populations, en modifiant pratiquement toutes les interactions entre les différentes espèces.

Quels impacts du changement climatique sont plus susceptibles de provoquer la disparition des espèces : les impacts directs ou indirects ?


L'altération des interactions entre espèces est davantage susceptible de mener à l'extinction que les effets directs du changement climatique. Les interactions de nombreuses espèces différentes peuvent être incroyablement complexes. Si une espèce disparaît, cela pourrait entraîner l'extinction d'autres espèces, et ainsi de suite.

Prenons l'exemple de la forêt tropicale à Puerto Rico. La température quotidienne moyenne maximale a augmenté de 2 °C depuis 1970, tuant les arthropodes (un groupe d'animaux sans colonne vertébrale, y compris les insectes) en raison du stress thermique. Le poids total des arthropodes dans la forêt en 2013 était au moins 4 à 8 fois inférieur à ce qu'il était dans les années 1970.

Réduction du poids des arthropodes dans la forêt

Le nombre de lézards, de grenouilles et d'oiseaux qui se nourrissent d'arthropodes a donc diminué en raison du manque de nourriture. Par exemple, les oiseaux qui mangent des insectes se sont avérés être 53% moins nombreux en 2005 qu'en 1990. Cela montre comment le changement climatique peut causer des déclins en cascade dans toute la chaîne alimentaire - et en si peu de temps aussi !

Mais le problème ne se résume pas seulement à la disponibilité de la nourriture. Outre le fait de manger et d'être mangé, les espèces jouent également de nombreux autres rôles importants dans les écosystèmes - nous en verrons d'autres exemples dans les deux prochains chapitres.

Conclusion

Nous savons désormais mieux comment le changement climatique peut avoir des effets négatifs sur la faune et la flore, et comment le déclin d'une seule espèce peut avoir des répercussions sur l'ensemble d'un écosystème.

Outre le changement climatique, il existe de nombreuses autres menaces pour les espèces auxquelles il faut s'attaquer, mais la résolution du problème du changement climatique réduira les pressions exercées sur les populations humaines et sauvages ! Nous en apprendrons davantage sur ces solutions dans d'autres cours de ClimateScience.

Chapitre suivant