Vie des océans et des mers : Le changement climatique a des répercussions sous la surface

16 minute read

Mis à jour le Mon Dec 14 2020

Nous appelons notre planète la Terre, mais 71% de sa surface est couverte par l'eau. Pendant la majeure partie de notre histoire, l'océan a été considéré comme une ressource presque inépuisable, si vaste que nous ne pourrions jamais l'affecter. Cela nous a conduits à maltraiter l'océan, en le remplissant de déchets et d'eaux usées. Combinés aux effets du changement climatique, ces décharges et effluents représentent une grave menace pour la vie dans l'océan.

Tu ne vis probablement pas sous l'eau, et tu peux sans doute imaginer un régime alimentaire sans poisson. Alors pourquoi devrais-tu t'en préoccuper ?

L'océan absorbe 90% du réchauffement climatique

Il faut beaucoup plus d'énergie thermique pour chauffer 1 kg d'eau de 1 °C qu'il n'en faut pour réchauffer 1 kg d'air de 1 °C. En termes scientifiques, cela signifie que l'eau a une très haute capacité thermique spécifique.

Capacité thermique spécifique

L'océan a absorbé plus de 90% de l'énergie thermique acquise par la planète au cours des 50 dernières années. Si cette énergie avait été absorbée par l'air dans les premiers 10 km de notre atmosphère, nous aurions déjà vu la température augmenter d'environ 36 °C !

Au lieu de cela, toute cette énergie a réchauffé l'océan. La plus grande partie du réchauffement a eu lieu dans les premiers 75 m de la surface de l'océan, qui a gagné entre 0,4 et 0,5 °C en 40 ans. Ceci est beaucoup moins que 36 °C en raison de la capacité thermique de l'eau.

Mais ce n'est pas tout ! L'océan stocke également près de 25% du carbone que nous émettons dans l'atmosphère. Ce stockage est déterminé par la vie dans l'océan, et par le CO₂ qui se dissout dans l'eau de mer.

Stocker à la fois l'énergie et le CO₂ permet à l'océan de maintenir la stabilité du climat de la Terre malgré les activités humaines. C'est ce que l'on appelle l'effet tampon du changement climatique.

Selon toi, que devient l'effet tampon au fur et à mesure que nous changeons la planète ?


Bien que la prévision de ces valeurs soit très difficile, on estime que l'océan absorbera et stockera 9% (+/- 8%) de carbone en moins dans les années 2090, par rapport aux années 1990, si nous continuons à augmenter les émissions de CO₂.

Comment les activités humaines ont-elles affecté l'océan et la vie marine ?


Voyons un exemple de ces effets.

Pourquoi perdons-nous des récifs coralliens ?

Les récifs coralliens abritent des centaines de milliers, voire des millions d'espèces, ce qui en fait l'un des endroits les plus riches en biodiversité sur Terre.

Tout comme les arbres des forêts tropicales, les coraux donnent aux récifs leur structure. Les coraux sont des animaux invertébrés qui permettent aux algues de vivre à l'intérieur des récifs qu'ils forment. En retour, les algues paient leur loyer en fournissant de la nourriture aux coraux. C'est ce qu'on appelle la symbiose.

Les récifs coralliens sont pleins de vie

Les récifs coralliens soutiennent directement environ 500 millions de personnes dans le monde de plusieurs façons :

  • Ils servent d'habitat à un quart de toutes les espèces de poissons. Bien qu'ils ne représentent chaque année que 2 à 5% des prises de pêche mondiales, les poissons associés aux récifs constituent 25% du total des prises de poissons dans les pays en développement.
  • Ils protègent les populations contre les inondations et les tempêtes en brisant les vagues.
  • Ils apportent des revenus à au moins 94 pays en attirant les touristes, contribuant ainsi de manière significative à bon nombre de leurs économies.

L'effet tampon de l'océan est peut-être bénéfique pour nous sur la terre ferme, mais sous l'eau, les coraux en subissent le choc. Lorsqu'elles sont stressées par l'augmentation des températures, les algues produisent des molécules qui peuvent endommager leurs hôtes coralliens, ce qui poussent les coraux à se débarrasser des algues.

En plus de fournir de la nourriture, les algues sont responsables de la couleur des coraux. Les coraux sans algues deviennent donc blancs et meurent de faim. C'est ce qu'on appelle le blanchissement du corail.

Blanchissement du corail

Depuis les années 1870, nous avons perdu environ la moitié du corail vivant dans l'océan ! Des blanchissements graves, où des zones entières de corail sont blanchies, se produisaient autrefois une fois tous les 25 ans. Aujourd'hui, ils se produisent tous les 6 ans.

Nous avons déjà atteint un réchauffement de 1,0 °C. Les récifs coralliens sont si sensibles que si les températures atteignent 1,5 °C au-dessus des niveaux préindustriels, on prévoit la disparition de 70 à 90% d'entre eux. Si nous atteignons 2 °C, presque tous les récifs coralliens seront perdus.

Tout cela est aggravé par un problème connu sous le terme acidification de l'océan : lorsque le CO₂ réagit chimiquement avec l'eau (H₂O), il en résulte une augmentation du nombre d'ions d'hydrogène (H+) dans l'eau. Cela rend l'océan plus acide, comme un citron, mais pas autant. Une acidité plus élevée ralentit les réactions chimiques dont les coraux ont besoin pour construire leur squelette dur, ce qui les rend encore plus vulnérables.

Les défis auxquels sont confrontées les espèces marines

Normalement, les espèces marines sont plus largement réparties que les espèces terrestres et peuvent parcourir plus facilement de plus grandes distances. Cela signifie que les extinctions totales dans l'océan sont plus rares et plus difficiles à surveiller. Cependant, il y a plusieurs façons de suivre les réductions de population ou les mouvements d'espèces dans tout un écosystème.

Voyons un exemple de l'importance que peut avoir l'abondance d'une espèce pour un écosystème :

L’importance des loutres de mer

Les loutres du sud sont très importantes dans les forêts de varech parce qu'elles mangent les oursins, contrôlant ainsi leur population. Cependant, les loutres de mer sont menacées. Lorsque les populations de loutres de mer diminuent, les oursins sont libres de consommer le varech, et la forêt de varech dans son ensemble finit par disparaître.

Les conséquences du réchauffement sur les interactions entre espèces

Si un organisme marin voulait échapper au réchauffement des eaux, où penses-tu qu'il pourrait aller ?


L'eau plus profonde, et l'eau proche des pôles, est plus froide. Par conséquent, beaucoup d’espèces prennent la direction des pôles ou des profondeurs. Nous avons constaté un déplacement de la zone où évoluent les espèces de près de 50 kilomètres par décennie !

Cependant, certaines espèces sont moins capables de se déplacer, et la taille de la zone dans laquelle elles peuvent vivre a diminué. Ceci est dû au fait que les régions deviennent trop chaudes ou subissent des vagues de chaleur plus fortes. Comme nous l'avons vu dans le chapitre précédent, des températures plus élevées aux périodes antérieures de l'année peuvent modifier le cycle de vie de l'espèce et la disponibilité des aliments.

Le lieu et le moment où les espèces se trouvent dans l'océan ne changent pas nécessairement en même temps ou au même rythme pour les différentes espèces. Par conséquent, certaines espèces ayant normalement des interactions entre elles ne parviennent pas à se trouver les unes les autres parce qu'elles cherchent au mauvais endroit ou au mauvais moment. C'est ce que l'on appelle la désynchronisation.

Des espèces désynchronisées

Les perturbations dans les interactions entre les espèces modifient la disposition des écosystèmes marins. Les populations de prédateurs diminuent : lorsqu'elles ne sont pas synchronisées avec leurs proies ou lorsque leur proie diminue, elles ont moins de nourriture disponible, et les espèces dominantes de l'écosystème peuvent changer.

Examinons un exemple de la manière dont les températures qui affectent la disponibilité de la nourriture pour une espèce peuvent avoir des effets sur de nombreuses autres espèces dans la chaîne alimentaire :

Impacts tout au long de la chaîne alimentaire

Quelles sont les autres menaces auxquelles l'océan est confronté ?

L'océan est menacé par de nombreuses autres activités humaines qui ensemble aggravent la situation.

Quelle est selon toi la plus grande menace pour la vie marine ?


Nous continuons à utiliser l'océan pour y déverser les déchets, y compris les eaux usées, les produits chimiques industriels, les engrais provenant de l'agriculture et environ 8 millions de tonnes de plastique chaque année.

Pourtant, la plus grande menace pour la vie dans l'océan aujourd'hui est l'exploitation par la pêche. Pour en savoir plus à ce sujet, consulte notre chapitre sur la pisciculture dans le cours sur l'alimentation et l'agriculture.

Impacts sur les variables essentielles de la biodiversité

Les variables essentielles de la biodiversité sont des facteurs importants pour décrire l'état des écosystèmes, par exemple si les populations sont stables, et des aspects comme la longueur et la complexité des chaînes alimentaires. La pêche est à l'origine de 29% des changements de ces variables dans les systèmes marins, tandis que le changement climatique représente 16% et la pollution 15% de ces changements.

Cela signifie-t-il que tu ne dois pas t'inquiéter des effets du changement climatique sur l'océan ?

Non, tu devrais t'en inquiéter ! Comme tu l'as vu avec les récifs coralliens, l'impact du changement climatique s'aggrave, et à mesure que d'importants écosystèmes disparaissent, l'habitat de nombreuses espèces disparaît également.

L'immensité de l'océan nous fascine depuis des centaines d'années. Prenons soin de lui comme il a pris soin de nous !

Chapitre suivant